Le plus vieux président en exercice du monde : Wade de plus en plus incohérent.

Posté par senegalnews le 13 octobre 2009

Le plus vieux président en exercice du monde : Wade de plus en plus incohérent.

Ses vacances ne semblent pas lui avoir profité. Car, le président Wade aligne de plus en plus des incohérences, dans les actes comme dans les paroles.



Recevant mercredi dernier ses compagnons de lutte du temps où il était opposant, Me Wade n’hésitera pas de couper la parole à l’ex-administrateur du Parti démocratique sénégalais, Abdoulaye Faye. « Tu es devenu sénile », lui fera-t-il remarquer. Pourtant, Abdoulaye Faye est bien moins âgé que lui. Me Wade semblait soliloquer. Car, lui aussi est sénile. N’avait-il pas présenté se condoléances à la communauté léboue pour la perte d’un de ses fils Abdoulaye Bara Diop, pourtant toujours vivant ?

Le 1er dernier, il limogeait son ministre des Affaires étrangères, qui avait pourtant siégé au conseil du gouvernement dans la journée. Quelques jours après, le voilà qui envoie à Cheikh Tidiane Gadio des émissaires, puis il lui parlera au téléphone. Me Wade veut la chose et son contraire. Sénile, il l’est encore au regard de l’acte qu’il a posé le même jour qu’il a remercié M. Gadio : il a mis en berne la République, pour se rendre, à pieds, devant l’immeuble Tamaro, où son fils était coincé dans un ascenseur, suite à un court-circuit. Au pied du président, il y avait tous les ministres. Me Wade se dévêtira de son manteau de président de la République, pour enfiler celui de père de famille. Il faisait montre du coup de sénilité et d’imprudence. Car, tout pouvait lui arriver ce jour-là. Et puis sa présence ne pouvait pas éteindre les flammes, encore moins faire libérer son fils, coincé. Mais, Me Wade ne le savait pas, et, il aime les shows. Sénile il l’est encore, au regard de ses comportements avec l’opposition.

Tantôt il l’invite au dialogue, pour la canarder après. L’expression qu’il a eue à son égard, mercredi dernier, atteste de l’état d’esprit du président Wade. Il se définit comme un « lion » somnolant, dans le derrière duquel l’opposition a fourgué la main. La métaphore n’est pas décente, pour un chef d’Etat. Et puis, Wade oublie que le sort d’un vieux lion est d’être chassé ou tué par plus petit. Des incohérences, il en a déroulé en Guinée : il est le parrain et le chantre du putschiste de ce pays, qui n’a pas hésité à donner l’ordre qui a entraîné la mort de plus de cent cinquante citoyens, sans défense. Pourtant, il y a des années, Wade laissait entendre qu’il n’entrera jamais au palais de la République, en enjambant des cadavres, oubliant du coup les policiers égorgés en pleine journée sur le boulevard du Centenaire. Il ne s’en souvient et ne s’en soucie plus. Il est devenu « l’ami » et le « père » des putschistes du continent africain et des présidents « élus » par forcing. Il va reprendre les airs, son sport favori. Il est sûr que de retour au pays, il va aligner bien d’autres incohérences. Le président le plus vieux au monde ne peut pas ne pas être sénile.

XIBAR (Dakar, 13 Octobre 2009)

Laisser un commentaire

 

lephotovoltaique |
A votre service... |
Waw Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | bligblogdelnica
| infosfamille
| Projet Transdisciplinaire